Tête à Tête

13 petites histoires pas comme les autres ...

Synopsis

Dans chaque petit conte philosophique, deux animaux se rencontrent, s'écoutent réfléchissent en laissant passer les silences et posent les grandes questions de la vie, la mort, l'amitié, l'intelligence, l'amour, la beauté… Comment reconnaître un ami, un vrai de vrai ? Faut-il être deux pour être amoureux ? Vaut-il mieux être tête en l'air ou terre à terre ? Autant de questions, parfois graves, parfois drôles, que se posent une ribambelle d'animaux : treize petits tête-à-tête philosophiques à méditer sans modération !


Auteur : Geert de Kockere

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Tielt, Belgique , 1962 Geert De Kockere est né à Tielt, en Belgique. Après avoir suivi des études pour devenir instituteur, il s'est finalement tourné vers le journalisme il est aujourd'hui rédacteur en chef d'un magazine destiné aux 11-14 ans. Geert de Kockere écrit également de nombreux poèmes pour enfants. Il privilégie les textes courts, riches en jeux de mots.

Teaser

Ce qu'en dit la presse

« Tête à tête » : Les dialogues improbables mais extrêmement vivifiants de « Dram Bakus »

28 Janvier 2016 , Rédigé par François Vicaire - THEATRE EN NORMANDIE

Les spectacles destinés aux jeunes ne sont pas les plus faciles à monter. Il leur faut être d'une grande lisibilité sans pour autant tomber dans la bêtification. La frontière est ténue, en effet, entre ces deux impératifs surtout quand la tranche du public que l'on veut atteindre et convaincre oscille autour des 6-8 ans.

« Dram Bakus » présentait dernièrement à la chapelle Saint-Louis un parfait exemple de ce qu'il convient de faire pour capter suffisamment l'attention des enfants tout en leur évitant, au bout du compte, d'avoir rapidement des fourmis dans les jambes.

Avec « Tête à tête », Bruno Delahaye autour d'un texte de Geert de Kochere, clair comme un livre d'images et rythmé comme une comptine, a construit une succession de saynètes qui abordent les grands thèmes de l'amitié, de la compréhension de « l'autre » et même de la mort avec une grande simplicité.

L'intelligence de la démarche vient de ce qu'elle est confiée à des animaux confrontés aux différences dont la nature les a doté. Ainsi, des dialogues improbables se nouent entre un éléphant et un papillon, un ver de terre et une poule qui voudrait bien le manger, entre une vache et un lièvre … Bref, des situations qui ne se rencontrent en général que dans les contes à cela près qu'à la dernière page chacun de ces duellistes de l'impossible rentre dans son petit domaine ou dans sa coquille et d'une certaine manière renvoie le spectateur aux complémentarités illusoires qu'il aurait pu échafauder.

Tout cela, provoque bien évidemment le rire mais, mine de rien et sans qu'il y paraisse, laisse passer une petite morale qui s'imprime doucement dans de jeunes esprits… enfin, on peut l'espérer !

A l'aide de quelques éléments scéniques très stylisés, des jeux d'ombres astucieux, un système de vidéo d'une grande virtuosité et une bande son qui renoue avec un florilège musical virevoltant, le spectacle se déroule sur un rythme imprimé en réalité par les réactions de la salle.

C'est pour les comédiens Olivier Herblot et Julien Cussenneau une ambiance rêvée. Leur travail qui s'inscrit dans une grande simplicité d'intentions et selon des codes scéniques extrêmement parlant jouent le jeu avec une grâce spontanée tout en clin d'oeil… comme l'ensemble de ce moment de bonheur aussi vivifiant sur scène … que dans la salle !

Paris-Normandie : « Humour et inventivité »

Voir l'article

Courrier Cauchois : « 15 questions essentielles »

Voir l'article

Festival d'avignon : « l'avis du public »

Voir l'article